Bag Addict

Bag Addict

En matière de mode, j’ai deux addictions : les sacs et les shoes ! Et cet amour dure depuis longtemps… ça remonte aux années lycée voire au collège lorsque j’avais à peine 13 ans et que j’ai tapé du pied pendant des mois et saoulé mes parents jusqu’à ce qu’ils cèdent et finissent par m’offrir un sac à dos Chevignon, très tendance à l’époque ! C’était une sorte de kick-off, l’ouverture d’une nouvelle ère, celle de la fashion addiction. L’adolescence quoi ! Un âge où on commence à se looker et à cumuler argent de poche et petits jobs d’été pour s’offrir les fringues les plus trendy du moment !

A l’époque, je n’étais pas particulièrement portée sur les marques de luxe. Je transportais mes effets perso dans un Hervé Chapelier, un Sequoia ou un Mandarina Duck. C’était mes it-bags des années 90… Mais ce n’est qu’une fois à la fac, où les filles portaient du Gucci et du Prada, que les choses sérieuses ont commencé ! Je voulais moi aussi avoir mon sac de luxe et c’est ainsi qu’après avoir bossé tout un été pour avoir le budget nécessaire que je me suis offert mon premier VRAI it-bag : un sac Prada. J’en étais toute fière !

Depuis ce baptême, je me débrouillais pour dénicher un job en parallèle de mes études pour pouvoir ainsi financer mes folies !

Chaque année, à l’occasion des fêtes de Noël, je m’offrais un joli sac. Je vous avoue qu’à l’époque les prix étaient abordables, autour de 350€. Même un Chanel coûtait 1500€… J’en ai donc profité et aujourd’hui j’ai une petite collection de sacs que j’affectionne. Certains datent de plus de 15 ans et ont une histoire, marquée par l’époque à laquelle je les ai acquis, des souvenirs…

Vais-je un jour m’en séparer ? Je ne sais pas… car je m’attache beaucoup aux objets qui ont une histoire, il y a comme un lien affectif, ce qui fait que j’ai du mal à m’en séparer. J’ai par exemple un vieux Darel qui date de presque 10 ans et qui ne ressemble plus à rien, invendable sur les internets vu son état, et pourtant j’hésite à le mettre aux oubliettes. Ceci dit, il y a toujours des exceptions et je me suis déjà séparée de pièces que j’ai longtemps portées notamment mon premier, le Prada, et un monogrammé Dior que j’avais shoppé en soldes en 2005 pour moins de 450€ à l’époque ! Une lassitude sans doute… ou un besoin de changement.

Aujourd’hui, et malgré les prix déraisonnables des sacs de luxe qui ont triplé en quelques années, je me surprends à rêver de quelques belles pièces. Ma prochaine target est le Collège Monogramme YSL

Mais le rêve ultime est le sac Chanel : l’intemporel Timeless et le Boy ! Des iconiques que je n’aurai peut-être jamais…

 

Bag Addict

Bag Addict

Bag Addict

Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *